PROJET-VIDEOS

Nous avons souhaité réaliser un montage à l’aide de témoignages vidéos de déportés sur le thème de la négation de l’homme dans l’univers concentrationnaire nazi.

Ce montage n’est pas exhaustif car les situations de négation de l’individu sont nombreuses, diverses et variées, selon les types de camps (que nous avons vu dans le projet-cartes juste avant) et selon les déportations.

Dans ce montage, nous avons voulu suivre les déportés dans leur quotidien dans les camps. Nous avons essayé de retracer comment la violence physique et psychologique s’exerçait au cours de la journée du déporté.

Pour ouvrir le montage, nous avons voulu commencer par une sorte de mise en abîme. Les premières secondes donnent la parole aux déportés sur un fond noir. Nous avons sélectionné des petites phrases très évocatrices pour introduire le sujet de la négation de l’Homme.

Les thèmes abordés sont ensuite très variés. Nous avons commencé par présenter l’arrivée au camp et l’organisation des camps mise en place par les nazis.

La journée s’ouvre alors par le réveil et l’appel puis nous abordons la notion de privations d’eau et de nourriture visant à affaiblir l’individu. Dans un tel climat, il est difficile d’être solidaire, ce qui ne veut pas dire que la solidarité n’a pas existé entre les détenus. C’est d’ailleurs un moyen de résister, de rester « Homme » face à la volonté de déshumanisation mise en place par les nazis où les déportés ne sont plus que des « Stück ».

Nous avons souhaité insister également sur les humiliations et les violences subies par les déportés. Nous n’avons volontairement fait qu’évoquer la notion de travail forcé car nous l’approfondissons dans un troisième exercice et nous estimons qu’elle est, bien sûr, essentielle pour aborder la négation de l’Homme. En revanche, nous avons voulu montrer, en insérant un témoignage sur les expériences médicales, jusqu’où les nazis sont allés dans leur volonté de détruire l’individu mais, pour reprendre une citation de Robert Antelme, un SS « peut tuer un homme, mais il ne peut pas le changer en autre chose ».

Pour terminer, nous avons souhaité présenter les bourreaux tels qu’ils se présentent et se représentent dans les nombreuses photographies qu’ils ont prises de leurs activités. Nous avons utilisé en grande partie les photographies des deux albums d’Auschwitz pour souligner que, force est de constater, que les « SS ne sont que des hommes » (Robert Antelme). Nous avons placé sur ces photographies une bande sonore issue d’un montage de témoignages de déportés afin de les rendre plus parlantes.

 

Léna, Alice, Chloé, Clara, Ophélie et Collyne.

Concours National de la Résistance – La négation from Lycée Vauban on Vimeo.

Publicités